Les Paupières de Lou (Pascal Dessaint)

Tous les personnages de ce texte trimbalent leur marginalité et gravitent en électrons libres autour d’un centre dont on devine qu’il existe, mais que seul le surgissement du roman noir, en fin d’ouvrage, fera apparaître. En attendant, les solitudes se frôlent, s’entrechoquent à l’occasion, et « l’optimisme désespéré » de Julien Demay bute sur une machine à écrire qui accouche épisodiquement, non sans douleurs, de quelques aphorismes dépouillés.

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
ipsum ut ultricies at elementum Aliquam amet, id, ante.