Jeux floraux, VII

Robert Delaunay, "Formes circulaires, Soleil, Lune", 1912-1931

À Esquirol,
Suspendues dans l’air,
Flottent des bulles
De lumière.

Comme des gouttes de pluie stellaire,
Elles ondulent, rayonnent de leur halo
Chavirant la nuit et exhumant ce matin
Entre le bitume et la cime des arbres.

Le ciel est encore plein de sommeil.
Son bleu pétrole commence à varier
Et l’on sent déjà que, loin à l’Est,
Dans la continuité de la rue de Metz,
Il s’apprête à épouser l’azur de l’aube.

Et l’équilibre cosmique du matin
Peut se satisfaire de l’universelle harmonie
Des couleurs au point du jour.
Les rues sont des branches de rose des vents
Et l’éveil de Toulouse répond à l’éveil des temps.

Si je partais vers l’Est, vers la Halle aux Grains,
Je me jetterais dans le jour ;
Si je me décidais pour l’Ouest, pour la Halle Saint-Cyprien,
Je me réfugierais dans la nuit…

Indécis, figé,
Je me contente
De contempler
L’heure glorieuse
Où tous les éclats
Du jour, de la nuit,
S’embrassent, se mêlent
Et se confondent.

Ébloui, enivré,
Je me contente
De contempler
Comment
À Esquirol,
Suspendues dans l’air,
Flottent des bulles
De lumière.

9 janvier 2020

Partager
Rédigé par
Cédric Vallet
Voir tous ses articles
Laisser un comentaire

Rédigé par Cédric Vallet

Restons en contact :

Newsletter

Ne ratez rien de nos actualités en vous inscrivant à notre lettre d'information.