Jeux floraux, X

René Magritte, "La Décalcomanie", 1966

Le soleil
levant
mêle sa chaleur
aux formes
circulaires
du drap, teint
par nouage,
qui filtre ses rayons
en une atmosphère
orangée
sur le mur
blanc,
vierge,
de la chambre.
Ensommeillé,
assommé
de couleurs
et de grâce,
je me rendors.

Peindre
un miroir

Par le jeu
d’un reflet
étrange
le lac
semble l’enclave
d’un ciel
dont il prolonge
l’œuvre.
Il devient
une texture
accueillant
l’expression des couleurs
ponantaises,
l’aquarelle du crépuscule.

Peindre
un miroir

Et,
si les arbres
sont encore
nus,
quelque chose
resplendit
dans les collines
hibernantes
du Lauragais.
Irradiant Molleville
trônant sur sa bute,
jouant avec les illusions
des mirages
d’éternité
de la Ganguise,
propageant la fable
d’un monde scellé
entièrement contenu
entre les bornes
des vallons
de l’horizon.
Nous pouvons nous convaincre
que nous rejoignons
un sommeil
mais un printemps
vigoureux
se signale déjà
à notre seuil
et, d’un tie and dye
solaire et chaud,
il peint un tableau
à partir d’un miroir.

Cumiès-Toulouse
2-4 février 2020

Partager
Rédigé par
Cédric Vallet
Voir tous ses articles
Laisser un comentaire

Rédigé par Cédric Vallet

Restons en contact :

Newsletter

Ne ratez rien de nos actualités en vous inscrivant à notre lettre d'information.