Jeux floraux, XXXV

Paul Klee, "Dans le style de Kairouan", 1914

C’était un crime que d’oublier
Combien l’épanouissement du printemps
Transcendait jusqu’à la plus sèche
Des époques se vouant au néant.

Un chant de couleurs traverse la ville.
Arômes et parfums floraux se répandent
En se mêlant au pollen qui encombre tout.
On le sent dans l’air calme et les bourrasques,
On le voit au sol et dans les rayons solaires.
La pollution végétale se propage comme une fête ;
Elle se manifeste en confettis carnavalesques.
Les rues ombragées se font déjà chaudes
Avec leurs briques grésillant d’été
Et, dans les jardins bondés de soleil,
Les corps se dénudent sur l’herbe.
Par-dessus le fond rouge de sa bannière,
Le grand Soleil méridional allume d’or
La Croix du Languedoc qu’il enlumine.

Toute l’inspiration occitane s’éveille ainsi
Quand, tels des pétales arrosés de rayonnement,
Nos sens se donnent entiers à la joie gracieuse
De cette lumière triomphant doucement de l’air.
Mon cœur palpite dans les bras d’un jour estival
Comme mes yeux se renversent d’un trop-plein orageux…
La saison impétueuse approche ; saison des tumultes,
Saison des excès où ma ville se change en homme ivre
Qui ne contrôle plus ni sa force ni ses injures,
Qui fait danser les étoiles en vomissant sa canicule
Et s’abreuve de tout ce qui peut brûler et étourdir.
Mais l’ivrogne se tient encore droit en ce moment,
Son ébriété est encore inspirée, digne et féconde ;
Elle enchante et entraîne, elle crée et embellit,
Elle incarne une interprétation d’un Phébus assagi
Qui sert la beauté plutôt que la grandiloquence.

Dans l’air se sent pourtant l’approche
Des étouffantes nuits courtes et claires
Qui ravageront d’une aveuglante lumière
La paix qui prolifère pour l’instant.
Alors, avant le temps de l’évanouissement,
J’expose mes sens à ce monde prêt à défaillir
Car ce serait un crime de nier
Combien l’épanouissement du printemps
Transcende jusqu’à la plus sèche
Des époques se vouant au néant…

 Fin avril – début mai 2021

Partager
Rédigé par
Cédric Vallet
Voir tous ses articles
Laisser un comentaire

Rédigé par Cédric Vallet